La cataracte de monsieur Caudissol

skanderbergblog

Image associée

Monsieur Caudissol, soixante-sept ans est, depuis peu, retraité de la fonction publique. C’est un homme intelligent et réaliste qui ne se plaint pas de sa petite retraite et jouit de la vie dans un village de Haute Provence avec sa femme Yvette, de quatre ans sa cadette.
Il a une bonne santé, mais doit se faire traiter pour une cataracte de l’œil droit. Classique à son âge.
Sa femme, qui est férue d’ésotérisme et de médecine parallèle, lui parle d’une madame de Briançon qui possède des dons et une méthode singulière pour traiter toutes les affections. Le voilà donc, pour complaire à Yvette, en route pour la grande ville.
La madame en question est une accorte quinquagénaire qui, manifestement, a la langue bien pendue. Monsieur Caudissol apprend ainsi qu’elle est titulaire d’un Bac + 2 et caissière dans un supermarché, mais à mi-temps seulement, en attendant de se consacrer cent…

Voir l’article original 694 mots de plus

Publicités

Macron et le boxeur analphabète

Emmanuel Macron reste égal à lui-même. Nous apprenons par le magazine Le Point que, pour lui, les Gilets Jaunes, sont une création de « l’étranger » (comprenez : la Russie), montée en épingle par « Russia Today » et « Sputnik ». Si vous ne connaissez ces deux sites, allez-y, ils sont incontournables. Et puis, ajoute notre supposé chef de l’État : les journalistes ne font pas leur boulot, ils ne hiérarchisent pas les nouvelles et choisissent celles qui ont un effet immédiat propre à doper leurs ventes ce qui, pour notre jeune-homme, est inacceptable. Le voilà, aujourd’hui, condamné à faire sa promotion chez des culs-terreux de maires de province et côtoyer des gilets jaunes venus en spectateurs auxquels il dénie toute représentativité.
La meilleure concerne son analyse des propos du boxeur Dettinger, celui qui a foncé poings en avant sur des policiers casqués et se retrouve aujourd’hui en prison.
Pour Macron, les propos que cet homme a tenu avant de se rendre à la police « ne sont pas ceux d’un boxeur gitan, ils ont été rédigés par un avocat d’extrême gauche » etc … le tout dans cette veine arrogante et méprisante à la fois qui est la marque du locataire de l’Elysée.
Pour Macron , un gitan est forcément un inculte, incapable de s’exprimer et qui doit avoir recours à un lettré d’extrême gauche (ou droite, pareil au même …) quand il ouvre la parole.
Ce qui précède prouve combien nos dirigeants sont à des années-lumières des petites gens et, sous couvert de « débat », méprisent leurs revendications. Ils doivent, d’après eux, appartenir à une sous-caste d’analphabètes qu’ils sont bien obligés, de temps à autre, de prendre en toute petite considération.
Croire, dès lors, a une inflexion de Macron &Cie dans leur politique au service d’une « nation start-up », est une utopie.
Macron doit dégager,
et …

Image associée

Le sort des djihadistes ne nous concerne pas !

Image associée

Durant la dernière guerre, il y eut des Européens qui s’engagèrent aux côtés des Allemands sur le front de l’Est. Ils portaient, certes, l’uniforme allemand, mais leurs divisions étaient nationales et ils ne profitaient pas de leur entraînement militaire pour ourdir des attentats dans leur patrie. Après la guerre, ils furent exécutés (comme à Bad Reichenhall, où Leclerc fit fusiller sans jugement douze soldats de la division SS Charlemagne), emprisonnés, livrés à la vindicte publique ainsi que leurs familles.
Aujourd’hui on fait tout un foin parce que cent trente djihadistes sont aux mains des Kurdes quelque part en Syrie et qu’ils risquent d’être ébouillantés vifs depuis que les Américains sont rentrés chez eux. Alors, dans un bel élan humaniste, notre ministre de l’Intérieur assure qu’il est de notre devoir, citoyens, de rapatrier ces enfants perdus afin de les soustraire à une vengeance aveugle, les recevoir dans nos prisons pour qu’ils purgent une juste peine et soient rédimés aux yeux de la raie publique et ses valeurs. Enfants, sortez vos blancs kleenex.
Cent-trente ! Il sort d’où ça, ce chiffre, le ministre ? Pourquoi pas dix, ou mille ou cent-cinquante et un ? Non, cent-trente. Sur des types qui ont renoncé à leur nationalité, brûlé leurs papiers, changé de nom, nos services sont bien informés. Et que va-t-on faire d’eux, une fois de retour sur le sol natal ? Les mettre en prison. Et là, ils se la couleront douce, radicaliseront leurs codétenus et comme la prison n’est plus à perpète, au bout de quatre ou cinq ans ils seront dehors et en forme pour reprendre du service.
Le rôle d’un dirigeant, c’est de protéger ses administrés. Et face à des bêtes sauvages, qui se veulent guerriers d’Allah, il n’y a qu’une seule parade : les éliminer tous. La ministre des Armées n’a pas dit autre chose il y a quelques mois quand le problème s’est posé. Après tout, ils ne veulent plus être ce qu’ils étaient, qu’ils assument ce qu’ils sont. Et que périsse par le glaive, celui qui a vécu par le glaive !
Mes amis, les choses ne sont pas claires. Parti comme c’est parti, nous nous dirigeons tout droit vers la soumission et la guerre civile. Soumission des bobos des villes, si bien décrits par Houellebecq, et révolte dans les campagnes où subsiste encore sous des gilets jaunes ou pas, ce bon sens primitif qui fait dire que meunier est maître chez lui et qu’il n’appartient pas de donner le gîte et le couvert à ceux qui crachent dans la soupe et se liguent pour brûler la maison de l’hôte.
Que ces centre-trente assassins vivent leur sort là où ils ont voulu sévir, ils ne sont pas des nôtres.
Quant à ceux qui tergiversent, larmoient et espèrent en une improbable rémission, qu’ils les rejoignent. Après tout il est de ces vocations missionnaires qui ne doivent être brimées.

Il ne reste plus que l’insurrection …

Gilets jaunes : un CRS communiste en retraite se dit «horrifié» par le «massacre» (VIDEO)

Quel est le rôle exact d’un gouvernement, sinon rendre ses administrés heureux, protégés et confiants dans l’avenir ? Le moindre chef Papou le sait. Nos très civilisées Excellences manifestement pas.
Les peuples n’ont que faire des grandes idées, ils veulent boucler les fins de mois, ne pas être (trop) malades et espèrent que leurs enfants feront de bonnes études payées pas trop cher. Bref, tout ce qui fait défaut aujourd’hui.
Or, que voit-on ?
Les dirigeants ne protègent plus les emplois de leurs administrés, ils ouvrent les frontières, laissent rentrer hors-droits des produits venus de contrées lointaines où agriculteurs et ouvriers sont payés au lance-pierre et accueillent des gens non-invités à s’installer et constituer de ce fait une main-d’oeuvre docile et sous-payée.
Ils expliquent doctement aux braves gens que le temps du vivre entre soi et selon ses coutumes est dépassé, que le globalisme est incontournable et le métissage irréfragable et que ceux qui n’admettent pas cette avancée au progrès sont des nostalgiques de temps révolus et nauséeux (air connu).
Ces braves gens cependant, l’ouverture au monde, la transition écologique et l’inéluctabilité du réchauffement climatique, ils y croient, mais sans plus. Ce qu’ils veulent est très simple : ne pas avoir (trop d’histoires) et vivre tranquille.
Mais comment le faire quand l’emploi n’est plus assuré, la sécurité défaillante et les discours des dirigeants coupés de la réalité ? Comment croire au rôle protecteur de l’État quand, dans la rue, les forces de police mutilent les manifestants et arrêtent à tour de bras. Comment respecter l’État quand la Justice se dépêche de condamner certains et relaxe aussi sec d’autres venus d’horizons différents et colorés ? Comment croire un président et des ministres qui dénoncent la brutalité policière et le totalitarisme d’Etat au Venezuela ou en Syrie et font pareil chez eux ?
Comment croire en un avenir meilleur quand le bon peuple apprend qu’une poignée de milliardaires détient la moitié de la richesse du monde Et comment faire pour que ces menteurs soient réduits au silence ?
Voter ? Bon pour les naïf.
Dès lors, il ne reste plus beaucoup de choix …

Résultat de recherche d'images pour "l'insurrection qui vient"

Mutine Corée du Nord

skanderbergblog

Résultat de recherche d'images pour "kim-jong-un"

La Corée du Nord, en gros c’est le repoussoir de la bien-pensançe : famine, dictature, népotisme, bellicisme etc …
Remettons un peu de l’ordre dans ce fouillis, voulez-vous ?
La Corée du Nord est un pays en guerre, si on oublie ce fait essentiel on ne peut rien comprendre à ce qui se passe dans la tête de ses dirigeants. Un pays en guerre a besoin d’armes et la Corée du Nord a tout fait, avec le succès que l’on sait, pour s’armer puissamment jusqu’à posséder la bombe H. Le tout malgré des années et des années d’embargo ; pas mal, n’est-il pas ?
La Corée du Nord ne se fait pas d’illusions sur les Occidentaux et leurs promesses. Si elle relâche la garde ses dirigeants finiront laquais de Washington, comme c’est le cas pour leurs frères de Séoul ou au bout d’une corde comme Saddam Hussein pour ne pas parler de Kadhafi…

Voir l’article original 390 mots de plus

Macron & Cie. massacrent le peuple

Lors de l' évacuation de Jérôme Rodriguez, bléssé à l' oeil lors de l' acte 11 des gilets jaunes, àParis,Le 26 janvier.

Emmanuel Macron donne des leçons aux dirigeants du monde. A Maduro, le Vénézuélien qu’il accuse de brutaliser le peuple et trahir la démocratie. Il lui intime, lui, petit histrion psychopathe s’il en est, il lui intime donc d’annoncer des élections dans les huit jours à venir. Il y eut, avant guerre, des dirigeants outre-Rhin et Alpes qui se permirent d’agir de la sorte, l’un finit lynché, son corps pendu par les pieds et couvert de crachats, l’autre, dans la fureur de sa capitale saccagée, se tira une balle dans la tête.
Mais monsieur Macron et ses porte-flingues n’en ont cure ; ils font tirer sur ceux qui osent contester leur grand dessein. Ils tirent, tuent (eh oui!), blessent, éborgnent, violentent, brutalisent, humilient et rossent des hommes et des femmes qui passent en gilet jaune, crient des slogans et hurlent leur colère.
Jamais, au grand jamais, pareille opération n’a été dirigée contre ces zones de non-droit que sont les banlieues et d’où peuvent surgir des Kalachnikov qui donneront le répons aux flashball. Bien plus facile de s’en prendre à des Français ordinaires, pacifiques, des provinciaux, des pères et mères de famille, histoire de les dégoûter une fois pour toute d’exprimer sur la voie publique leurs opinions.
Hier, c’est Jérôme Rodriguez qu’ils ont abattu d’une balle dans l’œil droit. Eborgnement express ! L’homme, une figure de proue du mouvement des Gilets Jaunes ne balançait pas des cocktails Molotov sur les gendarmes, il filmait tranquillement le cortège des manifestants. Las, ils lui ont fait comprendre de quoi ils sont capables. A ce point, que le préfet de police, avec l’accord du ministère de l’Intérieur, diligente une enquête pour savoir ce qui s’est passé qui a conduit à viser la tête de Jérôme Rodriguez. Dans cinq ou dix ans, on saura !
Macron &Cie, tirent sur le peuple, le blessent et puis s’adonnent, les hypocrites, au grand show du « débat national », ce rassemblement nauséeux des lécheurs de bottes et de culs, tout en assurant qu’ils ne changeront rien à leur politique méprisante, discriminatoire et austère.
Rappelons que Macron fut élu par défaut, qu’il n’a pas plus de légitimité que Maduro au Venezuela, qu’il méprise ceux qui ne l’adulent pas, provoque l’opposition et, aujourd’hui, massacre le peuple.
Il ne partira pas, le pouvoir il y tient, il est payé par de riches et cosmopolites commanditaires pour l’exercer.
Il est des peuples qui savent comment se débarrasser de leur tyran, c’est même un devoir pour quiconque est noble et digne.

Demain les Barbares

skanderbergblog

Image associée

 

En Allemagne, il y a un pasteur luthérien qui est d’une charité originale. Ne propose-t-il pas, le révérend, de fournir aux migrants en mal de sexe les services de prostituées. Il a même créé une association dénommée « frei liebe für freie menschen » (amour libre pour hommes libres) ; le tout aux frais du contribuable allemand, bien entendu. S’il s’imagine, le naïf, qu’après cela les migrants africains ou arabes vont avoir plus de respect pour la femme occidentale qui ne se prostitue pas, il se trompe lourdement. L’appétit venant en mangeant, ce n’est pas la pute gratos qui ferait baisser le taux d’agressions sexuelles dont sont auteurs ces invités. Il y a des pasteurs qui feraient mieux de relire très attentivement l’Evangile.
Cet exemple est significatif du délire irrationnel de certains pour qui le seul mot « migrant » est motif pour se battre la coulpe et tresser…

Voir l’article original 432 mots de plus